En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques anonymes.
En savoir plus sur la gestion des cookies

Actualité

Les 2B à Angers pour "Les lycéens s'exposent"

Par ANNE GAZZURELLI, publié le jeudi 24 mai 2018 08:49 - Mis à jour le mercredi 30 mai 2018 09:53
la classe.jpg
Les 2B ont présenté leurs œuvres à l'occasion de l'inauguration de l'exposition "Les jeunes s'exposent" à l'abbatiale du Ronceray à Angers et en ont profité pour aller admirer la tapisserie de l'Apocalypse conservée au château.


C'est à Isabelle Leroy, vice-présidente de la Région Pays de la Loire, que Maël et Alexandre ont présenté les cinq œuvres réalisées en cours d'appliqués avec leur professeur Mme Pannetier et le plasticien designer David Deshormeaux, à partir des livres du Prix de l'Estuaire, auquel les a inscrits leur professeur de français, Mme Gmar. Un petit remerciement au passage aux élèves du bac pro SAPAT de Chemillé et à l'ancienne professeur d'Alexandre qui ont permis à nos "ambassadeurs" de roder leur discours avant le passage des officiels !

 

 


 

Dans l'après-midi, les 2B ont visité le château d'Angers avec Mme Gmar pour guide : historique du château et surtout explications sur la tapisserie médiévale de l'Apocalypse ont passionné les élèves, qui pourront assouvir leur soif de visites lors de leur voyage de découverte des châteaux de la Loire.

 

 

 

 

 

Les œuvres des élèves :

Le thème de l'exposition était cette année : "Ce que le jour doit à la nuit... Ce que la nuit doit au jour". L'artiste a proposé aux élèves de travailler autour des ombres chinoises et de construire une mini scénographie représentant l'opposition de l'ombre et de la lumière dans leur roman : opposition entre les personnages, les paysages, les sentiments... le catalogue de l'exposition regroupe les travaux des 29 établissements participant à cette action éducative ligérienne.

« Ne m’enlève pas de la lumière » de Leslie et Maël (d'après Génération K de Marine Carteron)

 Mina a fugué de chez elle pour rencontrer Carlo, mais elle découvre qu’il est mauvais et qu’il veut la ranger de son côté. Mina s’enferme dans une chambre de la maison de son père. Carlo vient gratter à la porte et lui dit qu’elle doit venir de son côté. Mina reste contre la porte et lutte pour rester du côté de la lumière. Le côté ombre représente Carlo qui est dans les ténèbres, son cœur est noir pour montrer qu’il est mauvais. Le côté lumière de Mina montre qu’elle est pure et son cœur est rempli de lumière et de gentillesse.

« La grenade » de Chloé, Marion, Oscar, Tess (d'après La plus grande peur de ma vie d’Eric Pessan)

Notre projet représente l’ombre et la lumière incrustés à travers un découpage d’une salle de classe. Des chaises et des tables sont placées sur un cadre. Quatre élèves y sont représentés : deux devant, dans la lumière, et deux autres, représentés de manière plus agressive, placés à l’arrière dans l’ombre. La grenade, elle, sera déposée sur une table au fond de la classe. Ce jeu d’ombre et de lumière symbolisera la peur et l’angoisse de l’apport de cette grenade en cours.

 

«  La vie imaginaire » de Cloé, Emilie, Kylian, Lovaïna, Maëva, Manon (d'après Les belles vies de Benoît Minville)

Notre œuvre met en scène le rêve d’un jeune citadin au travers d’une bulle qui symbolise la liberté des campagnes et qui s’oppose à l’emprisonnement des cités. On a représenté d’un côté la campagne pour la liberté, la paix et de l’autre côté la cité, c’est la réalité, les disputes, les bagarres.

 

 

« Jeu de lumière : Rage » d'Alex, Alexis, Dylan, Guillaume, Mathis (d'après Rage d’Orianne Charpentier)

Avant son arrivée en France, Rage a vécu des épreuves difficiles. Lors d’une fête où elle est un peu à part, elle entend un chien hurler, c’est un chien gravement blessé. Elle se voit à travers le chien et pour ne pas qu’il revive la dureté et la souffrance qu’elle a vécues, elle décide de le recueillir. Jean est le seul à l’aider. Dans notre œuvre, le chien représente la lumière car c’est lui qui va réunir les humains : Rage et Jean vont s’entraider pour le sauver.

 

« La classe de la mort » d'Alexandre, Tom, Valentin (d'après La plus grande peur de ma vie d’Eric Pessan)

C’est l’histoire d’un groupe de jeunes qui vont dans une maison abandonnée et qui y trouvent une grenade. Un des jeunes ramène la grenade à l’école. L’œuvre représente la scène du tout début où ils se trouvent dans la classe avec la bombe. Pour créer cette maquette, on a pris des feuilles de différentes couleurs (blanc, noir et rouge). On a dessiné des patrons sur la feuille blanche puis on les a découpés et pliés pour que cela ressemble à des chaises, des tables et un tableau. On a découpé une feuille noire pour faire le fond et un petit bout de feuille rouge pour dessiner la grenade dessus.